Avertir le modérateur

Doc Gyneco c/ EMI Music

M Bruno A., artiste chanteur, ayant pour nom de scène " Doc Gyneco " était lié par un contrat d'enregistrement exclusif avec la SA EMI MUSIC FRANCE. Suite à une réunion, la SA EMI MUSIC FRANCE adressait à Doc Gyneco une lettre recommandée dans laquelle, qualifiant de faute grave l'attitude du chanteur lors de l'entrevue (1), elle mettait fin aux relations contractuelles avec ce dernier.   

M Bruno A. a alors saisi le conseil de prud'hommes en contestant la cause de la rupture et en réclamant des dommages et intérêts pour rupture abusive de son contrat de travail. Par jugement, le conseil de prud'hommes a requalifié en contrat à durée indéterminée le contrat de travail liant les parties, et jugeait que la rupture constituait un licenciement abusif. La SA EMI MUSIC FRANCE a été condamnée à régler à M Bruno A. plus d'un million d'euros de dommages et intérêts.

 

Saisie, la Cour d'appel a en premier lieu considéré qu'il n'y avait pas de contrat à durée indéterminée puisque les contrats en cause (contrats d'enregistrement) peuvent être conclus avec des artistes interprètes comme " contrats d'usage " au sens des articles L. 122-1-1, 3o et D121-2 du code du travail.

 

En second lieu, les juges ont écarté la faute grave et ont conclu au défaut de caractère probant des attestations de témoins présentées par la SA EMI pour établir le comportement fautif de Doc Gyneco. La SA EMI MUSIC FRANCE versait quatre attestations rédigées tardivement et émanant de son propre personnel. De façon étonnante, les juges ont également précisé que "le rap correspond à un style de musique et de chansons qui n'est pas particulièrement " académique ", ni dans ses sonorités ni, la plupart du temps, dans ses paroles, ni même quant à ceux qui le chantent." et que la " la SA EMI MUSIC FRANCE qui soutient ce genre de productions et promeut cette musique, à tout le moins pour des raisons commerciales et financières, est par conséquent malvenue, à s'étonner voire à s'émouvoir, des termes employés par ses interlocuteurs. "

 

 

 

 

 

 

 

Les juges ont fixé à la somme de 1. 025. 888 euros, le préjudice subi par Doc Gyneco du fait de la rupture anticipée du contrat à durée déterminée qui le liait à la SA EMI MUSIC FRANCE (Décision Actoba.com n° 2360).

(1) Le chanteur se serait montré extrêmement agressif verbalement et aurait menacé physiquement le PDG de la SA EMI MUSIC FRANCE (appel aux vigiles pour raccompagner le chanteur). Les propos suivants auraient été tenus "je ne peux pas faire de musique avec des fils de putes et des chiens errants".

 

Modèle de Contrat de cession de Spectacle vivant

 

Modèle de Contrat de conception de Site Internet 

 

Modèle de Cahier des charges - Site Internet 

 

Modèle de Charte de confidentialité d'un site Internet

 

CGV de Publicité audiovisuelle

 

Contrat d'affichage publicitaire

 

Contrat de Régie publicitaire - Internet

 

Contrat de commande pour la Publicité

 

Conditions Générales de Vente - Commerce électronique

 

Contrat d'illustration sonore de Site internet

 

Contrat de commande de Créations Visuelles

 

Contrat de commande de DVD Multimédia

 

Contrat de commande de Musique de Film

 

Licence d'exploitation de produits dérivés

 

Contrat d'illustrateur

 

CGV de Production de films numériques

 

CGV de Publicité audiovisuelle

 

CGV entre Professionnels - Vente de produits

 

Charte de confidentialité de Site Internet

 

Contrat de Travail à durée déterminée - CDD

 

Contrat de travail à durée indéterminée - CDI

 

Accord de rupture conventionnelle - Contrat de travail

 

CDD - Accroissement temporaire d'activité

 

CDD - Concierge (Hôtellerie)

 

CDD d'Ouvrier compagnon

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu